Parisianisme et France profonde (Alain)

Publié le par Jean-Marc Pillas

Monsieur,

Je voudrais vous expliquer, encore et toujours, ce que vous persistez à ignorer : Paris (et heureusement d’ailleurs !)  N’est pas la France, à elle toute seule.

Vos habitudes très « parisiennes », je veux dire ce snobisme qui consiste à parler avec une « espèce de compassion »…pour ces « provinciaux » qui ne connaîtraient pas la hiérarchie de votre « classement social », qui consiste à avoir des discussions « feutrées », des phrases débitées sur un ton monocorde, où le ton « chuchoté » ad-hoc, doit être celui des cocktails « sponsorisés »… où vos présentateurs se bousculent pour y être invités…

Ces (mauvaises) habitudes donc, ces manières, voire ce maniérisme, agace profondément les téléspectateurs : c’est-à-dire, pour être plus clair,  la France profonde, pour être encore plus précis, vous saisirez mieux mon intervention : « la très grande majorité de votre auditoire ». Préférez-vous Audimat ?

C’était le grand drame du fameux PPDA, ç’est celui de son élève Claire Chazal, et je dois dire pour terminer sur une note d’espoir… qu’il semble que Laurence Ferrari l’ait bien compris, car au-delà de sa tenue (qui peu nous importe ), son atout est qu’elle parle (comme Harry Roselmack également), de façon audible, spontanée, avec en prime : le sourire et non un ton blasé, un dynamisme et une authenticité qui font qu’après des débuts stressés (comme on la comprend !), elle fait revenir des tas de téléspectateurs partis sur la 2 pour les raisons que je viens de vous expliquer.

Ce qui nous change de la présentation soporifique pour « happy few » du week-end…

Bien cordialement à vous,

Alain Udave

 

Monsieur,

J’ai dû supprimer une partie de votre très long texte pour des raisons de lisibilité, en essayant d’en conserver l’esprit. Si j’ai bien compris l’essentiel de votre critique porte sur ce que vous appelez le « parisianisme » ou le « maniérisme » de Claire Chazal. Je vois davantage dans vos remarques une question de forme que de fond. J’imagine que chaque téléspectateur a une opinion au moins sensiblement différente de la personnalité réelle ou supposée d’un(e) présentateur(trice). La question est de savoir si la présentation proprement dite d’un journal a une influence déterminante sur le contenu de l’information, voire sur son traitement.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

SEDAThttp://ann.over-blog.com/ajout-commentaire.php?ref=1477621&ref_article=25280795 04/03/2009 17:37

Un journaliste doit assumer et excercer sa profession en informant les auditeurs/spectateurs sur la neutralité et l'impartialité qu'il doit garder de son métier quand aux personnes,quelles que soient leur statut et leur milieu vis-à-vis des autres,c'est avant tout une histoire d'atomes crochus ou d'ions négatifs,on n'aime ou on n'aime pas...!

Bien à vous,Reynaldo.