Mille jours de captivité pour Gilad Shalit (Hélène)

Publié le par Jean-Marc Pillas

Bonjour,

Je me suis abonnée sur LCI le 05/11/08 pour recevoir la newletter tous les jours. En date du 12/02/09, j'ai envoyé un mail à "témoin d'un évènement" concernant Guilad Shalit, car je ne comprend pas pourquoi la France ne se mobilise pas pour lui comme elle l'a fait pour Ingrid Bétancourt. A t’il moins de valeur qu’elle parce qu’il est juif ? Ai-je fait quelque chose de mal en envoyant ce mail. Au lieu d'avoir une réponse quelconque , on m'a rayé purement et simplement  et depuis le 13/02/09 je ne reçois plus la newletter. Je ne savais pas qu’il était interdit d’être humain en France, je pensais faire un beau geste en  envoyant ce mail, mais il a été ignoré et moi aussi par la même occasion. Bravo la démocratie en France.

 

Madame,

Tout d’abord votre désabonnement à la newsletter était dû à une erreur dans votre adresse e-mail et a été rétabli. Bien entendu il n’était en rien lié au contenu de votre courriel en soutien à Gilad Shalit. Pour vous répondre sur le fond, je suis surpris d’avoir à rappeler cette évidence, mais Gilad Shalit n’a pas moins et pas plus de valeur parce qu’il est juif. D’ailleurs ce qui induit un lien particulier entre la France et Gilad Shalit  n’est pas le fait qu’il soit juif mais qu’il soit français, en plus d’être israélien.

Je comprends que le cap psychologique des 1000 jours de captivité du Caporal Shalit mobilise les comités de soutien mais il n’y a eu depuis très longtemps aucune évolution significative dans les efforts franco-israéliens pour obtenir sa libération qui aurait pu faire l’objet d’un sujet dans nos éditions. Cependant, le « Journal du monde » sur LCI a diffusé le 9 mars dernier un sujet sur les parents de Gilad Shalit devant la résidence du Premier Ministre israélien et le 20 heures de TF1 a diffusé un autre sujet/témoignage du père de Gilad Shalit, le 2 janvier 2009, et cela rien que pour cette année 2009.

Concernant votre comparaison avec la médiatisation d’Ingrid Bétancourt, je pense que la presse « en a fait trop » dans le cas de la franco-colombienne. Mais il faut dire que ses comités de soutien et ses proches ont su mobiliser très efficacement les médias.

Commenter cet article