Acharnement anti-policier (Cédric)

Publié le par Jean-Marc Pillas

Monsieur,

Je voudrais vous part de mon agacement vis à vis du mépris que manifeste votre présentateur, Mr Jean pierre pernod, à l'égard de ma profession.

Je ne suis pas un fidéle de vos éditions, mais j'ai constaté à de nombreuses reprises son acharnement à se moquer des actions de la Police et de la Gendarmerie.

Notament lors du JT de 13h00 du 30 Mars 2009, où il aurait été plus judicieux, je pense, de mettre l'accent sur les défaillances de la préfecture, pour la premiére anectode et sur les volontés du législateur en matiére de santé publique, pour la deuxiéme.

Comme j'aime à le rappeler, nous ne sommes que des "manoeuvres" et nous ne faisons que notre travail, en appliquant la loi,certes avec dicernement, la plupart du temps, mais nous n'avons malheureusement pas toujours le choix ( La faute, peut-être, à cette politique du résultat, mise en place par nos dirigeants)

Tout cela pour dire que je suis fier du métier que je fais et de la façon dont je le fais.

Dans trés peu de temps, mon fils de 04 ans, sera capable de comprendre tout ce qui se dit à travers le petit écran, et je ne voudrais pas qu'il ait honte du métier que fait son pére, tout ça parcequ' une personne, qui se croit arrivée en haut de l'affiche (Mr JPP), se permet de nous tourner en ridicule dés qu'il en a l'occasion.

Il ne faut pas oublier que notre mission premiére est d'aider les personnes qui nous entourent, ce que je m'efforce de faire du mieux que je le peux depuis 10 ans (Mais cela n'est pas trés important... Je ne fais que mon travail)

Cordialement,

Cédric, Policier et fier de l'être !!!

 

Monsieur,

Comme vous le dites très bien, dans le premier cas, c’est bien la Préfecture qui dans le sujet est clairement rendue responsable de la bévue qui à conduit en garde à vue cette femme. Elle-même dit d’ailleurs « ne pas en vouloir aux fonctionnaires de police ». Dans le deuxième cas, c’est la stricte application de la loi qui est contestée par l’avocat de la gérante du débit de boissons, celui-ci estimant que les gendarmes auraient pu se contenter « d’un simple rappel  de la loi ». Je ne vois dans ces deux exemples aucune stigmatisation des policiers ou des gendarmes, encore moins un « acharnement » de la part de JP Pernaut contre votre profession. Je puis vous assurer qu’il n’y a aucune volonté de notre part de ridiculiser le travail de la police ou de la gendarmerie.

 

Commenter cet article