"Dépassements" dangereux (Sophie)

Publié le par Jean-Marc Pillas

Je viens de voir votre reportage concernant la négociation des  dépassements d'honoraires auprès des chirurgiens , dans le journal de  20 heures . Chirurgien moi-même, exerçant en secteur 2 , je suis scandalisée de votre interprétation plus que parcellaire des faits et par l'absence de droit de réponse des chirurgiens , qui , "contactés (lesquels?) auraient refusé de témoigner" . Je vous invite à contacter le principal syndicat représentatif français, l'UCDF , qui saura sûrement donner des réponses à vos questions . Mais souhaitez-vous vraiment diffuser ces réponses auprès des Français , en avez- vous le pouvoir ? Cessez d'accepter d'être manipulés et sachez donner une information loyale et de qualité à vos téléspectateurs , telle que nous la délivrons à nos patients . Tournez vous du côté des déremboursements de la sécurité sociale et des déremboursements des mutuelles . Visitez le site de l'union des chirurgiens de France et changez votre regard. Objectivité, n'est-ce pas l'aspiration du journalisme? Je vous invite également à lire la une du quotidien du médecin concernant une diffamation, relayée par les médias, d'un de nos confrères qui vient d'obtenir justice. Publiez mais publiez tout. Merci de votre attention.

Dr Sophie Camatte

 

Docteur,

Voici la réponse du service « Santé » de TF1

"J’avoue ne pas avoir très bien compris ce que vous reprochez exactement à ce reportage consacré aux difficultés rencontrées par certains patients pour payer les dépassements d’honoraires. Nous aurions été manipulés, dites-vous ? Par les inspecteurs de l’IGAS qui dans un rapport en 2007 rendaient publics les chiffres indiqués dans le sujet et dénonçaient par ailleurs « un recul de la solidarité nationale » et « un obstacle » à l’accès aux soins ? Par la CNAM qui met en ligne les honoraires et dépassements d’honoraires des médecins français ? Notre consœur a consacré deux journées entières à appeler des dizaines de chirurgiens pour leur donner la parole, en vain ! Et je vous fais grâce des réflexions de certains de vos confrères.

Puisque vous mettez en doute notre objectivité, je vous invite à consulter le site de la CNAM. Certains dépassements d’honoraires vous surprendront, manquant parfois de « tact et mesure », comme le stipule le code de déontologie médical".

Caroline Bayle

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article