Faux problèmes

Publié le par Jean-Marc Pillas

Nous avons remarqué qu'à chaque fois qu'il y a des vacances ou des grands week-ends, vous faites des reportages sur les "pauvres" vacanciers qui partent en étant "obligés de se serrer la ceinture". Cette semaine encore, Laurence Ferrari a passé un sujet concernant "les vacanciers qui partent en camping à prix réduit" parce qu'ils n'ont pas les moyens! Nous nous refusons de regarder ce style de reportage et avons zappé. L'hiver, ce sont les "pauvres" vacanciers a ski. L'été, ce sont les "pauvres" vacanciers du bord de mer et au printemps, d'un peu partout! Nous voudrions vous faire remarquer que vous ne faites jamais de reportage sur les gens qui n'ont réellement pas les moyens et qui ne partent jamais en vacances. mais, cela ne ferait peut-être pas assez d'audience? C'est fatiguant d'entendre les journalistes "s'apitoyer" sur le sort de ces "pauvres" vacanciers. Petits détails (qui vous connaissez très bien) : les stations de ski n'ont jamais été aussi fréquentées cet hiver et ce printemps! Les parcs d'attraction sont également pleins, c'est vrai qu'il parait que c'est pour se changer les idées à cause de la crise. Il faut, quand même, pouvoir payer l'entrée! Nous même, à une époque où il n'y avait pas cette "fameuse crise", nous n'avions pas les moyens de partir en vacances et nous nous ne partions pas et nos enfants non plus et nous avons survécu! Parlez des vrais problèmes et n'en rajoutez pas sur les "faux problèmes". Nous avons l'impression que ce sont les journalistes qui entretiennent la psychose autour de cette crise. Nous zappons de plus en plus souvent durant vos JT. Nous voulions simplement vous faire de notre "ras-le-bol" au sujet de tous ces reportages répétitifs, inutiles et creux.  

 

Bonjour,

Non, nous ne faisons pas, à chaque  période de congés, un sujet sur les « vacanciers pauvres ». Nous avons déjà fait plusieurs sujets sur ceux qui ne partent pas du tout en vacances et l’audience n’a rien à voir là dedans. Non, les journalistes ne « s’apitoient » pas sur les gens mais rendent compte de leurs difficultés. Je ne suis pas certain que les difficultés financières de certains de nos compatriotes soient des « faux problèmes ». Non, les journalistes ne sont pas des fabricants de « psychose ». Encore une fois, prétendre le contraire relève de la confusion entre le « message » et le « messager ».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article