Divorce à l'italienne, suite (Martin)

Publié le par Jean-Marc Pillas

Bonjour,

quelle grande surprise de vous voir tomber aussi bas et d'évoquer le divorce de Silvio Berlusconi alors que ce n'est qu'une histoire privée. J'ai pourtant le souvenir que votre rédaction avait refusé pour ce dernier motif de parler du divorce et du remariage de notre président. Ce qui vaut pour notre propre chef d'état ne vaut pas pour l'étranger. Etes-vous guidés par d'autres considérations que journalistiques? Je trouve décevant de mettre en avant une déontologie que l'on ne respecte plus quelques mois plus tard. Je vous prie de prendre en considération mes sincères déceptions.

Martin

 

Monsieur,

J’ai déjà en partie répondu la semaine passée à cette remarque. Il est vrai qu’un divorce est un événement intime et privé. La différence avec le couple Berlusconi est qu’aussi bien son épouse que le Président du Conseil italien ont choisi eux-mêmes d’étaler leur intimité et leur différend sur la place publique, en aucun les journalistes.

Commenter cet article