Reportage inopportun?(Josiane)

Publié le par Jean-Marc Pillas

Monsieur,

Je me permets de vous écrire au sujet d'un reportage sur le Technocentre de Renault diffusé dans le journal de Claire Chazal, hier soir dimanche. Il a été lancé, me semble-il, comme un reportage "exclusif", une plongée dans les coulisses de l'innovation chez Renault. Outre l'aspect publicitaire plutôt évident de ce sujet, j'ai noté l'insistance du journaliste à souligner les conditions de travail particulièrement agréables sur ce site (il citait je crois la présence d'un salon de coiffure, d'une salle de sport...). Je me permets donc de vous rappeler que les merveilleux avantages offerts aux salariés du Technocentre et à ses intérimaires n'ont pas empêché le suicide de 4 de ses salariés directs et indirects ces dernières années. Des suicides reconnus comme directement liés aux conditions de travail.

Je comprends que Renault souhaite faire oublier à ses potentiels acheteurs (les spectateurs de TF1, notamment...) ces différents épisodes, mais je m'étonne (et oui, encore!) que les caméras et les micros de TF1 soient là pour se faire l'écho de cette entreprise.

Cordialement,

Josiane

 

Madame,

Il se trouve que le journaliste auteur de ce sujet négociait déjà depuis un certain temps avec le technocentre Renault pour obtenir une autorisation de tournage afin de « lever un peu le voile » sur cette entité du groupe automobile français. La rédaction en chef du weekend s’est effectivement interrogée sur l’opportunité de réaliser un sujet sur ce technocentre, cité lors de suicides de ses employés directs ou indirects, mais a estimé que deux ans après ces événements dramatiques, il y avait en quelque sorte « prescription ». C’est pourquoi il n’est pas fait allusion à ces suicides dans le sujet. D’ailleurs, je ne suis pas certain qu’en autorisant une équipe de TF1 à tourner dans cette entreprise la direction de Renault n’ait pas pris, au contraire, le risque de raviver le souvenir de ces événements sans qu'il soit besoin de les nommer. Enfin il est curieux de mettre en avant le caractère « publicitaire » de ce reportage puisque par définition tous les modèles de voitures-prototypes étaient dissimulés pour cause de secret industriel.

Commenter cet article