Couverture de l'élection iranienne (Bertrand)

Publié le par Jean-Marc Pillas

Bonjour,

Je m'étonne que TF1 et LCI n'aient pas de reporter en Iran.

Etait-il utile d'envoyer Laurence Ferrari pérorer dans les rues de Téhéran une semaine avant les élections pour ensuite déserter le pays alors que tout le monde connaissait l'importance de ce scrutin ? A force de vouloir se mettre en scène, la présentatrice du 20h oublie de réfléchir et d'anticiper sur l'information. Dommage pour une chaîne qui souhaite rester leader...

Bertrand, ex-fidèle téléspectateur

 

Monsieur,

A question simple, réponse à peine plus compliquée; les visas délivrés à nos équipes pour tourner la « spéciale Iran » une semaine avant l’élection étaient limités dans le temps et ne permettaient pas de couvrir l’élection elle-même. Une autre équipe était dans l’attente de visas pour la période de l’élection mais au dernier moment l’Ambassade d’Iran en France lui a refusé les visas pour une raison officiellement inconnue mais qui a vraisemblablement un rapport avec le traitement de l’information dans la « spéciale » qui a peut être déplu aux autorités iraniennes. Enfin, je profite de votre courriel pour rappeler aux téléspectateurs que Laurence Ferrari n’est pas la responsable exclusive de l’information sur TF1. Il y a plus de deux cent journalistes qui travaillent dans cette chaîne, des rédacteurs en chef et une Direction de l’information. Donc Laurence Ferrari n’a pas décidé, seule, sur un coup de tête d’aller « pérorer » dans les rues de Téhéran et n’est pas l’unique journaliste à « réfléchir » ou à « anticiper » sur l’information. Oui, TF1 connaissait l’importance de ce scrutin. C’est précisément pour cette raison que la « spéciale » a été réalisée et peut-être aussi que l’équipe censée couvrir l’élection n’a pas eu de visas.

Commenter cet article