Les métiers de l'information à TF1: le "Journaliste Reporter d'Images"

Publié le par Jean-Marc Pillas

Bonjour,

Poursuivant notre tour d’horizon des métiers de l’Info à TF1, voici celui de JRI, expliqué par l’un des meilleurs d’entre eux. Bertrand Lachat, Grand Reporter JRI à TF1 depuis près de 20 ans.


Au sein de la rédaction de TF1, le service des JRI (Journalistes Reporters d’Images) est le plus nombreux. Il est constitué de près d’une cinquantaine d’hommes et de femmes. Le JRI est un journaliste polyvalent qui doit à la fois maîtriser la technique de la prise de vue et les compétences journalistiques traditionnelles, à savoir recueillir, traiter et retranscrire l’information.

Le JRI va utiliser sa caméra pour raconter en images l’événement qu’il couvre. On parle souvent du concept « caméra-stylo ». Le récit se fait alors non pas avec des mots mais avec des images et des sons. Le JRI est à la fois responsable de la qualité technique de la prise de vues (la forme du sujet) mais également du contenu informatif des images (le fond du sujet). Il tourne des images et donne du sens par l’image.

Le JRI possède le statut de journaliste et à ce titre est détenteur de la carte de presse. C’est en 1984 que le terme de JRI a remplacé celui de « reporter caméraman », une décision ministérielle ayant supprimé tout terme « franglais » dans les intitulés des professions. C’est également à la même époque (1985) qu’une formation spécifique de JRI a été créée au sein du Centre de Formation des Journalistes (CFJ) à Paris.

Avec le développement des caméras vidéo de reportage, le JRI va avoir, au fil des ans, une place de plus en plus importante dans les chaînes de télévision.

Aujourd’hui à TF1, le JRI peut travailler seul ou le plus généralement en équipe avec un journaliste rédacteur et un preneur de sons. Il est susceptible de pouvoir couvrir un large éventail de sujets (de la culture à la politique étrangère, du sport à l’économie ou encore des faits de société à la politique…), mais chaque JRI a ses domaines de prédilection et ses affinités personnelles qui induisent une certaine spécialisation dans les tournages.

Avec l’évolution technique permanente, le métier de JRI est en constante évolution, le passage au 16/9e et à la haute définition en sont deux illustrations récentes.

L’information télévisée c’est avant tout des images et le JRI reste donc le premier maillon d’une longue chaîne pour la fabrication d’un JT ou d’un magazine.

Bertrand Lachat 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article