Les métiers de l'info à TF1: Journaliste "E.V.N."

Publié le par Jean-Marc Pillas

Joëlle Dray est depuis 18 ans à TF1. elle a été successivement documentaliste en politique étrangère, chef d’édition à LCI et est maintenant journaliste chargée des échanges internationaux. Elle va vous révéler ce qui se cache derrière ce sigle barbare "E.V.N."

 

Je suis journaliste au service des Echanges Internationaux de la Rédaction  (EVN. Exchange Video News) qui est commun à TF1 et LCI .

C est là qu’arrivent jour et nuit des images du monde entier, environ 300 sujets ou « rushes » non montés par jour.

C est la cellule où nous  visionnons  la matière première des images d actualités du monde , parfois même avant que les  dépêches  d’agences ne nous en informent.

Les sources de ces vidéos  sont  d une part les agences d’informations ( APTN et Reuters ) dont nous sommes clients  et d autre part l’Eurovision, une sorte de marché commun des chaînes européennes ( et au delà ) dans lequel s échangent les sujets réalisés par  les différentes télévisions ..

Ma responsabilité  journalistique est de juger l importance et la pertinence du matériel reçu , le suivi et la vérification  des documents relatifs à ce matériel. Il s agit de faire un  premier "tri " à l’intention des rédacteurs en chef  et chefs de service.

Imaginons un séisme dans une région reculée de Russie. Avant même que des reporters de TF1/LCI puissent s’y rendre pour  tourner et diffuser leurs propres reportages, nous recevons les premières images envoyées soit par les agences et /ou  par une chaîne de télévision russe. Ces images seront montées, commentées et insérées dans un sujet réalisé par un journaliste et un monteur. Elles deviennent à ce moment là un "vrai " sujet complet et diffusable ...

L autre versant de ma fonction est la mise à disposition  de  l Eurovision de sujets de TF1/LCI. Nous participons ainsi chaque jour aux  conférences internationales (via internet) avec ceux qui occupent  la même fonction dans les chaînes étrangères. Nous échangeons ainsi nos informations, nos besoins et nos disponibilités en termes d’images.

Poursuivons l exemple du séisme en Russie ; ainsi le reportage de notre équipe TF1/LCI réalisé sur les lieux sera proposé aux autres membres de l Eurovision. 

Ce poste requiert  une solide connaissance de l actualité, bien sûr, un regard avisé et de bons réflexes journalistiques  pour ne pas sous estimer  une image importante. 

La quantité de sujets reçus, la rapidité  des moyens de transmission ( internet, satellites ) et les nouveaux  moyens de captation de ces images d actualité ( téléphones mobiles ou vidéo amateur ) exigent une grande  rigueur dans l’exercice de ce métier !

Joëlle Dray

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article