Discrimination positive à TF1 (Pierre)

Publié le par Jean-Marc Pillas

Bonjour,

C'est un sujet dont on parle peu mais qui me tient à coeur. Elle peut sembler étonnante voire désuete mais elle exprime le fond de ma pensée.

L'arrivé d'Harry Roselmack a TF1 a eu lieu grâce à une certaine discrimination positive, certes c'est une personne professionnelle et pleine de ressource mais il est vrai que peut-être sans ce coup de pouce, il n'aurait pu accéder au "poste" qu'il occupe aujourd'hui avec brio.

Je crois que TF1 s'est engagé à représentant au mieux la société d'aujourd'hui en donnant des chances à des "jeunes de banlieues" à travers un programme spécifique, c'est une bonne chose. Mais quid des handicapés à TF1 ? Y a t-il des journalistes ou en tout cas des personnes à mobilité réduite qui sont "exposées" à l'antenne de TF1 ?
Je vous remercie,

Pierre

 

Monsieur,

L’arrivée d’Harry Roselmack à TF1 n’est pas seulement le résultat d’une politique de discrimination positive. Il se trouve que ce journaliste avait été remarqué sur d’autres chaînes où il exerçait ses talents. S’il est un des « emblèmes » de la diversité française il a aussi des compétences reconnues par ses confrères et les téléspectateurs. TF1 a effectivement crée une fondation destinée à offrir des stages de formation rémunérés de longue durée à des jeunes issus de banlieues défavorisées et débouchant éventuellement sur des emplois. Enfin TF1 s’acquitte avec une attention particulière de ses obligations en matière d’emploi de personnes à mobilité réduite. Pour l’heure le cas de journalistes handicapés « exposés » à l’antenne ne s’est pas présenté, faute de candidats.

Commenter cet article