"Bonnes" et "mauvaises" nouvelles (Michel)

Publié le par Jean-Marc Pillas

Cher monsieur

si c'est le directeur des infos qui donne les directives pouvez vous lui conseiller de ne pas toujours annoncer QUE des catastrophes, même, si elle sont nombreuses car pour remonter le moral ça n'est pas la bonne solution, une proportion de bonnes et de mauvaises nouvelles éviterait au téléspectateur d'avoir envie de se jeter par la fenêtre, après avoir regarder le journal de TF1, pensez aussi à ceux qui entrent de vacances et qui ont la « pêche ».

Au revoir et merci,

Michel

 

Monsieur,

Au risque de me répéter tant j’ai déjà répondu à de nombreux courriels allant dans le même sens, les journaux d’information ne sont pas des émissions de divertissement destinées à « remonter le moral » des français. Faut-il passer sous silence la grippe A, les incendies en Grèce et autres catastrophes plus ou moins naturelles au seul prétexte que ces informations sont des « mauvaises nouvelles » ? Je vous rappelle que nous vivons dans un pays libre et démocratique où la liberté de la presse est totale et donc où aucun pouvoir n’impose aux journalistes de délivrer une information exclusivement heureuse. Le rôle des journalistes n’est pas d’imposer une proportion artificielle de « bonnes » et de « mauvaises » nouvelles mais d’informer des citoyens adultes et responsables.

Commenter cet article