Transparence et indépendance (Germain)

Publié le par Jean-Marc Pillas

Monsieur Pillas,

Je lis régulièrement votre blog et je me pose plusieurs questions.

-Même si vous semblez répondre honnetement aux telespectateurs, votre « médiation » n’est elle pas en réalité un instrument de marketing censé apporter un supplément de crédibilité à votre chaîne (un supplément d’âme) ?

-La transparence que vous affichez dans vos réponses n’est elle pas qu’une facade pour laisser croire à votre indépendence ?

-Enfin, puis-je vous demander si vous êtes de gauche ou de droite ?

Merci de me répondre franchement si vous le pouvez.

Respectueusement,

Germain

 

Monsieur,

Je vous remercie de vos questions (presque toutes) pertinentes.

L’initiative de cette rubrique n’est pas celle de la Direction de l’Information, de la Communication ou même du « Marketing » mais la mienne. Si elle a été entérinée par la Direction de l’information et encouragée par la Direction de la Communication, c’est sans doute, effectivement que la hiérarchie de la chaîne y trouve son compte, en l’occurrence, un moyen de créer et d’entretenir un lien avec les téléspectateurs. Ce supplément de crédibilité (ou « d’âme ») n’est pas contradictoire avec l’ouverture d’un espace d’expression pour les téléspectateurs.

La transparence dont vous parlez est pour moi une forme d’honnêteté consistant à répondre de bonne foi même (et surtout) aux critiques les plus virulentes. Je n’ai jamais caché les limites de mon exercice qui sont la mise en cause de l’image de la chaîne. Je ne suis pas indépendant de la hiérarchie mais ne le cache pas. Lorsque les téléspectateurs s’adressent à moi, ils savent qu’ils s’adressent à un membre de TF1 mais aussi à quelqu’un qui sait reconnaitre nos erreurs ou imprécisions, ce qui est nouveau.

Enfin, concernant mes opinions politiques, vous comprendrez que je ne les exprime que dans un cadre privé ou dans celui de ma citoyenneté. De plus ce blog n’a pas pour but de personnaliser celui qui l’anime mais de répondre aux téléspectateurs au nom d’une rédaction toute entière.

 

Commenter cet article