"Complaisance" (Christine)

Publié le par Jean-Marc Pillas

Je viens de regarder le reportage sur la quête de la Croix Rouge pour des fournitures scolaire dans les magasins Cultura. J'aimerais que le journaliste soit plus précis quand il explique que les familles modestes ne peuvent pas payer les fournitures pour leurs enfants. A quoi sert la prime de rentrée scolaire? Pourquoi ne pas l'avoir citée? Quel est le but de ce reportage ? Sensibiliser les personnes qui peuvent encore acheter des cahiers à leurs enfants. Personnellement j'ai 3 enfants, je ne touche rien , je travaille et  je paie des impôts c'est que je doit etre riche....  Personne ne m'aide à financer les études de mon fils ainé qui n'a pas de bourse comme il a 22 ans on m'a supprimé les allocations familiales pour 3 enfants, personne ne paie non plus l'internat de mon cadet qui à 19 ans. La rentrée scolaire coute cher à toutes les familles mais certaines ont une allocation pour faire face à cette dépense, d'autres non...Alors qu'on arrête de nous quémander des gommes et des stylos. Moi, je préfère les envoyer en Afrique via des associations car là-bas, la prime n'existe pas. Pourquoi ne pas donner un cartable rempli et payer la cantine aux plus défavorisés d'entre nous au lieu de distribuer une prime qui sert à tout autre chose que ce pour quoi elle était destinée ? Merci d'arrêter avec ces reportages de complaisance qui manquent complètement d'objectivité. Aidons les pauvres mais arrêtez de nous prendre pour des cons.

Christine

 

Madame,

Bénéficier de la prime rentrée scolaire quand vous êtes chômeur en fin de droits ne change pas grand-chose au budget. Les allocations familiales et primes diverses ne règlent en rien le problème de l’extrême pauvreté, elles ne font que la soulager un peu. Personne ne vous « quémande » des stylos et des gommes et vous avez parfaitement le doit de les envoyer en Afrique ou en Sibérie. A chacun sa conception de la solidarité. Non, les pauvres ne sont pas des profiteurs du système comme vous semblez l’insinuer. Et si pour vous, faire un reportage sur les français les plus démunis relève de la « complaisance », c’est que nous n’avons définitivement pas les mêmes valeurs.

Commenter cet article