L'argent de la grippe (Daniel)

Publié le par Jean-Marc Pillas

Grâce au battage médiatique franco-français de ces derniers mois autour de la grippe A, les actions de certaines sociétés qui tirent logiquement partie de la situation ont flambé en bourse, des plus values atteignant les 160 % en 6 mois. A côté de cela, même si une partie de la population est restée incrédule face aux annonces, beaucoup se sont inquiétés, ce climat créant un impact économique négatif dont notre société se serait bien passée en ce moment. Puis on apprend finalement que cette grippe est moins dangereuse que n’importe quelle autre grippe saisonnière, que les cas de décès relatés seraient en fait dus à des pathologies antécédentes sévères et en aucun cas liés directement au virus, et que le gouvernement a fait tout ce tintamarre sous couvert du principe de précaution, pour ne pas être accusé de n’avoir rien prévu (comme cela fut le cas lors de la première canicule). Et finalement, il ressort que parmi les personnes au sein de l’OMS qui décident du degré d’alerte, on retrouve infiltrés des représentants des labos qui fabriquent les vaccins. La boucle est bouclée. Rien de nouveau me direz-vous, mais il serait maintenant intéressant de voir qui a acheté, auparavant, les actions qui ont vu ensuite leur cours monter au rythme ou la peur gagnait la population, et qui vient de les revendre avant qu’elles ne se cassent la figure… On risque fort de découvrir un certain nombre de délits d’initiés. Il sera alors opportun de remonter les différentes filières et il serait fâcheux que les sanctions prononcées ne soient pas à la hauteur des préjudices moraux et économiques causés.

Daniel

 

Monsieur,

Merci de votre contribution qui pose la question du conflit d’intérêt entre la finance et la santé (pour faire « court »). C’est un excellent sujet d’enquête que je soumets à notre cellule investigation.

 

 

 

 

 

Commenter cet article