La "Jungle" du statut de réfugié (Djamel)

Publié le par Jean-Marc Pillas

J'ai suivi votre reportage sur l'évacuation de ce que certains ont appelé la jungle,reportage remarquable puisqu'il donne effectivement trois point de vue.Cependant vos présentatuers insistent sur le fait que les Afghans risquent d'être renvoyés de force dans leur pays en guerre. Je ne comprends pas une telle insistance,en effet l'Afghanistan est un pays en guerre,et n'importe lequel de ces Afghans peut prétendre au statut de réfugié,en invoquant n'importe laquelle des raison évoqués par les textes.La Convention de 1951 relative au statut des réfugiés modifiée par le protocole de 1967qui ne tient plus compte de la date limite de 1951. Adoptée le 28 juillet 1951 par une conférence de plénipotentiaires des Nations unies, et entrée en vigueur le 22 avril 1954, la Convention relative au statut des réfugiés - définit comme réfugié "toute personne qui, par suite d'événements survenus avant le premier janvier 1951 et craignant avec raison d'être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays ; ou qui, si elle n'a pas de nationalité et se trouve hors du pays dans lequel elle avait sa résidence habituelle à la suite de tels événements, ne peut ou, en raison de ladite crainte, ne veut y retourner." Article premier- section A- paragraphe 2. - énonce les obligations des Etats signataires : ceux-ci s'engagent à accorder le statut de réfugié à tout étranger relevant des conditions imposées par la Convention et à ne pas renvoyer des réfugiés contre leur gré dans un pays où ils risquent la persécution.

Cordialement

Djamel

 

Monsieur,

L’application des règles administratives que vous évoquez n’est pas aussi claire dans la pratique car le fait que le pays d’origine du migrant soit en guerre n’est pas un motif en soi suffisant pour prétendre au statut de réfugié. En tout état de cause ce sujet mériterait d’être approfondi.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article