Détournement sportif du mobilier urbain (Gilles)

Publié le par Jean-Marc Pillas

Madame Chazal,

Je vous ai entendu hier au journal de 20h et j'ai vu les images vantant une certaine activité physique et de plus payante (!) grâce au mobilier urbain.. Vous est-il venu à l'esprit que notamment les bancs publics relèvent de nos impôts surtout en cas de détérioration et que ces bancs servent à s'asseoir en espérant qu'ils restent propres et accueillants. N'hésitez pas à inviter tous ces gens ivres d'activités physiques peu ordinaires à gravir les étages de leurs immeubles autrement qu'en ascenseur ou à "'faire" leurs vitres avec un bon chiffon. C'est bon pour la forme et aucun mauvais exemple à en retirer / cf. chaussures sur les banquettes dans le metro ou autres et encore rollers ou skateboard sur les rampes publiques. Peut-être la ville concernée engagera-t-elle des poursuites à l'encontre des irresponsables mais responsables civilement. Pour les escalators, s'il se présente le cas, je pense que l'utilisateur à contre courant redescendra avec moi et qu'il ne fera pas tomber enfant ou personne agée.

Sincères salutations

Gilles

 

Monsieur,

Je n’ai pas vu dans ce reportage de chaussures sur les banquettes du métro ou encore de rollers et skateboards sur les rampes publiques. La seule petite « incivilité » que j’ai remarquée était des baskets sur un banc public. Enfin l’utilisation d’escalators à contresens n’est visiblement pratiquée qu’en l’absence d’usagers. Je ne vois pas là matière à dénoncer une prétendue irresponsabilité de ces « gens ivres d’activités physiques ».

 

Commenter cet article