Agios (Yannick)

Publié le par Jean-Marc Pillas

Bonjour,

Chargé de clientèle bancaire de métier, je ne comprend pas le harcèlement fait par les médias envers la professsion que j'exerce. Constamment les même sujets reviennent , où ne l'ont dit pas tout, afin de faire du papier à vendre, ou de l'audimat. Une chose est sûr la crise a fait beaucoup de bien en terme d'audimat ou de dépêches vendues. Pourquoi ne pas exposer, et ce de manière objective, les frais bancaires? Pourquoi ne pas s'en prendre aux organismes de crédits qui ne regardent en rien l'interêt de leurs clients? Il serait je pense judicieux d'explorer ces deux pistes afin que les francais comprennent une fois pour toute que leur banquier n'est pas là pour les truander... Les agios et/ou comission d'intervention sur compte en irregularités sont toujours dûes car nos clients ne respectent pas leur découvert autorisé! tout simplement. Si je ne paye pas mes impôts, mon cd à la fnac, je paye une pénalité et je trouve ca tout à fait normal! Arrêtons une fois pour toute de prendre les gens pour des bêtas, car à force de s'y acharner, ils commencent à le devenir!! Lorsqu'une banque ne veut pas financer l'achat d'un bien d'un client, elle dit n importe quoi, n'est pas serieuse, les banques ne pretent plus, etc... Mais dîtes au francais que dans la quasi totalité des cas la banque ne prete pas car elle ne veut pas mettre en péril la finance du client, tout sim-ple-ment! Merci.

Yannick

 

Monsieur,

Parler de « harcèlement » à propos d’un sujet sur les « abus » des agios est un peu audacieux. Le sujet ne remettait pas en cause les agios comme vous le prétendez mais soulignait que selon la jurisprudence après plainte d’un client, les agios étaient assimilés à un crédit avec intérêt, intérêt qui ne peut en aucun cas dépasser 21%. Comme vous le savez aussi bien que moi, le « taux d’intérêts » des agios pratiqués par les banques françaises est bien supérieur à celui autorisé. Ce sujet était donc exposé de manière totalement objective.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article