Enfants prématurés

Publié le par Jean-Marc Pillas

Bonjour Monsieur,

J'ai suivi avec la plus grand attention le reportage de votre équipe (f Agnès, Y Le Baccon, P Delporte etc...) sur les bébés prématurés diffusé le 12.10.09. Et je suis révolté. A me demander si les journalistes qui ont réalisé le sujet sont titulaires d'une carte de presse, pour le moins garante de leur objectivité. Car le reportage ENCORE UN (!) montre le bon côté d'une naissance prématuré, La VERITE est camouflée.

Pourquoi n'est-il jamais fait état des vraies séquelles d'une telle naissance? Votre sujet fait intervenir un couple qui s'inquiéte car leur petit éprouve des problèmes de concentration. Certes ! Mais est-ce un vrai problème? Ce que votre équipe et les médecins ont dissimulé, ce sont les VRAIS problèmes liés à une naissance prématurée et notamment le POLYHANDICAP. Je sais, montrer un enfant polyhandicapé ce n'est pas TELEGENIQUE ; donner la parole à un couple ayant un enfant polyhandicapé après une naisance prématurée, c'est POLITIQUEMENT incorrect. 

J'aurai aimé voir sur TF1 un traitement objectif. Je reste à votre entière disposition pour un reportage sur l'angle que je viens de vous soumettre qui vaudra droit de réponse au titre de nombreux parents (comme moi) touché par le polyhandicap de leur enfant après une naissance prématuré.

Salutations respectueuses.

Alain.

 

Bonsoir,

Quand montrerez-vous les conséquences gravissimes de la prématurité ? Pour quelques enfants sauvés combien resteront polyhandycapés à vie ?

Jocelyne

 

Il faut montrer les grandes séquelles de la prématurité. Le reportage est trop vague... à dévolopper!!!!

Mathieu

 

Les journalistes qui ont réalisé le sujet sur les prématurés ce 12.10.09 ont-ils une carte de presse ? Le traitement ultrapositif est dénué de toute objectivité

 

J'ai aimé l'enquête sur les bébés préma je suis maman d'une préma et je voulais dire que nous sommes pas assez prévenu des dangers et des maladie qui provoques.  

Fanny

 

Bonjour,

La journaliste qui a réalisé cet excellent reportage a bien une carte de presse, voici sa réponse.

 

Nous avons choisi dans ce reportage d’évoquer les séquelles les plus courantes liées à la grande prématurité. Les séquelles « gravissimes » - pour reprendre l’adjectif d’un téléspectateur - existent. Donnons d’ailleurs ici un chiffre : selon l’enquête de l’INSERM parue il y a 18 mois, le taux de déficience motrice, sensorielle ou cognitive sévère chez les anciens grands prématurés est de 5%. Il ne s’agit évidemment pas d’occulter cette réalité et je comprends la volonté des parents concernés de témoigner. De mémoire, nous avons d’ailleurs déjà réalisé de tels reportages. Et il n’est pas du tout exclu d’en réaliser d’autres à l’avenir.

Frédérique Agnès

 

Commenter cet article